La tapisserie d’Art sublimée par Houda RAJAB

Houda Rajab compte rendre ses lettres de noblesse à un métier en perte de vitesse en Tunisie, l’art de la tapisserie. Élément incontournable de design,  décoration de maison tunisienne haut de gamme. C’est son pari, sa vocation, sa passion, sa vie elle y travaille depuis maintenant des années… Gageure soutenue, déjà ! Les collectionneurs et les amateurs d’Art d’un peu partout dans le monde, notamment au Qatar et dans les villas de luxe en Tunisie s’arrachent ses créations qui font tilt, qui sortent incontestablement du lot. Au même titre que Gorgi est une référence dans son domaine.

Aux cimaises de la Galerie Alexandre Roubtzoff

Du 29 novembre au 16 décembre 2018, les cimaises de la Galerie Alexandre Roubtzoff à la Marsa ont abrité sa quatrième exposition personnelle avec ses vingt œuvres de grandes dimensions, fruits de trois années de labeur.

Une véritable symphonie se déploie à nous. Symphonie de couleurs vives et saturées, parfois « attendries » par des nuances rabattues. Concert de lignes souples aussi ; tantôt fines, tantôt épaisses, contournant des formes informelles ou existantes par elles-mêmes. Dans quelques unes des œuvres, les teintes cèdent la place au noir et blanc, faisant sortir toute la splendeur des graphismes. Gribouillis, écriture de l’âme et de l’esprit, miroir des rêveries d’une artiste qui ne cesse d’expérimenter, de chercher. de pousser les limites de la création. Des compositions linéaires, tourbillonnaires, à l’image d’une artiste vive que rien n’arrête.

Le spectateur est invité à suivre un parcours sans début ni fin ; un parcours initiatique dans un monde aussi joyeux que mirobolant. Pour Houda Rejab tout part d’une fleur, mais au final, elle ne maîtrise plus l’aboutissement de ses gestes, se lance dans une transe salvatrice dégag­eant une imagination prolifique et une anarchie parfaitement maîtrisée. Dans l’œuvre de cette artiste, la ligne, majestueuse, prend toute sa dimension, la couleur toute sa place. À l’entrecroisement des fils de laines, s’ajoute l’entrecroisement des traits : la trame se trame à l’infini…

photo de houda rajab à la Galerie Alexandre Roubtzoff à la Marsa en Tunisie

L’âge de la maturité

houda rajab un exemple d une tapisserie de l artiste

Après les balbutiements des débuts, Houda Rejab semble atteindre aujourd’hui, l’âge de la maturité. Faisant revaloir la fonction murale et purement décorative de tapisserie, elle est arrivée à s’affirmer, à développer sa pratique artistique hors des sentiers battus, non pas sur les pas d’une Safia Farhat, mais sur son propre chemin, avec son propre sceau. Elle a le mérite de perpétuer un métier séculaire et de le hisser au rang d’Art. Ainsi, les œuvres de « Mé-tissage » de la Galerie Alexandre Roubtzoff constituent véritablement une ode à la tradition artisanale, un hymne à une esthétique contemporaine nouvelle.

Houda a fait le choix de tourner le dos au géomé­trisme des compositions traditionnelles pour céder la place à la gestualité, à la spontanéité, aux mouvements curvilignes, aux graphismes instinctifs, souvent inachevés, qui de déchaînent par ci, par là… Les couleurs de ses tapisseries richement tissées dérivent de l’expérience des sens, et leurs motifs sont tirés des convulsions de l’esprit, comme l’aurait dit la romancière américaine Carson McCullers (Reflet dans un ceil d’or, 1941).

Houda Rejab utilise les matières nobles (laine, soie et coton) pour nous offrir des fresques d’un grand raffinement dont elle seule détient le secret. À la complexité conceptuelle, se greffe, en effet, la maîtrise d’un savoir-faire et d’une technicité qu’exige le métier ancestral de la tapisserie. Pas de reliefs, notre tissière exploite la platitude que procure la technique du tissage à ras. Elle travaille ses tapisseries comme des peintures, prépare son carton, sa maquette, choisi sa palette et puis les confie à ses artisanes hautement qualifiées dans son atelier situé à Gafsa. Ici, elle conjugue l’Art au développement participatif, à la formation aussi. Une approche à saluer.

Les œuvres de « Mé-tissage » de la Galerie Alexandre Roubtzoff constituent véritablement une ode à la tradition artisanale, un hymne à une esthétique contemporaine nouvelle en Tunisie.